Espagne : Canaourouille, vallée glaciaire pyrénéenne sacrifiée pour le ski ?

mardi 27 décembre 2022
par  Yan lou Pec
popularité : 1%

La future liaison entre les stations de ski d’Astún-Candanchú et Formigal-Panticosa suscite de grandes inquiétudes en raison de son impact écologique pour une vallée glaciaire encore vierge, la vallée de Canal Roja ou Canaourouille en Béarnais.

(Cela ne présage rien de bon lorsqu’on se rappelle les dégâts occasionnés par les travaux d’agrandissement de la station de Formigal à quelques centaines de mètres du Parc National des Pyrénées de l’autre côté de la frontière... Les Amis de la Terre des Landes avaient déjà dénoncé ce massacre à l’époque.)

PNG - 499.3 ko
La partie basse de la vallée de Canal Roja (Canaourouille) vers la route Somport-Canfranc. A droite, on peut voir l’arrivée d’une remontée mécanique de la station d’Astún et un lac artificiel pour les canons à neige.

Avec la première neige, le moment approche où les stations de ski aragonaises ouvriront leurs portes, démarreront les télésièges et laisseront place à une nouvelle saison qui s’annonce fructueuse, avec des précipitations qui permettent un développement normal et font monter le nombre de visiteurs au-dessus du 1,5 million. Cependant, certains projets présents et à venir, tels que des liaisons inter-stations, des extensions et de nouveaux accès, éveillent les craintes des riverains et des écologistes pour qui on ne peut plus tout se permettre dans un contexte où l’économie des Pyrénées dépend de plus en plus de la neige.

Le groupe Aramón est considéré comme le premier groupe espagnol d’entreprises de tourisme de neige et de montagne. C’est aussi celui qui possède le plus grand domaine skiable des Pyrénées et du système ibérique. Les stations pyrénéennes d’Astún et de Candanchú dans la vallée de l’Aragon ne font pas partie de ce groupe, mais ensemble elles avancent avec détermination - et non sans controverse - vers une union avec Formigal-Panticosa.

PNG - 454.4 ko
Partie haute de la vallée avec le Pic d’Anayet et caché sous la neige le lac (ibón) d’Anayet. Certaines remontées de la station de Formigal arrivent juste derrière.

Astún et Candanchú c’est déjà plus de 100 kilomètres skiables, avec 101 pistes -15 vertes, 30 bleues, 37 rouges et 19 noires-, 14 itinéraires et 40 remontées mécaniques. L’ajout de Formigal et Panticosa formera un projet financé à hauteur de 20 millions d’euros par des fonds publics. Les travaux doivent être achevés à 75% d’ici 2024 et l’élaboration du Plan d’Intérêt Général (PIGA) est en cours, ce qui permet le traitement administratif et environnemental du projet en deux fois moins de temps qu’habituellement.

La liaison entre Astún et Formigal a un coût supérieur à 30 millions d’euros et devrait être exécutée d’ici la fin de 2025 avec une contribution financière de la Diputación de Huesca.

Pour les organisations écologistes Amigos de la Tierra, Ecologistas en Acción, Greenpeace, SEO/BirdLife et WWF, la liaison entre ces stations "ne devrait pas se faire en raison de ses impacts écologiques négatifs et parce qu’elle prolongerait un modèle de développement non durable qui ne crée pas d’emplois de qualité et est condamné à disparaître à court terme en raison des conditions météorologiques bouleversées par les changements climatiques".

Un impact irréparable

Ces organisations dénoncent l’impact irréparable qu’aura la construction de cette infrastructure destinée à relier les deux domaines skiables, sur le paysage et sur la faune et la flore de cet espace pyrénéen, notamment dans la zone appelée Canal Roya (Canaourouille en Béarnais), une profonde vallée glaciaire d’une beauté extraordinaire et d’une très grande valeur naturelle, située au pied du pic d’Anayet.

Le projet envisage d’ériger deux réseaux de grands mats métalliques, fixés dans du béton, pour supporter les câbles soutenant les cabines qui circuleraient dans les deux sens. De plus, il est prévu de construire une voie de desserte et d’évacuation sur tout le parcours et un poste de service serait aussi édifié en fond de vallée.

JPEG - 63 ko
Lac d’Anayet d’où naît le río Canal Roya qui donne son nom à la vallée et rejoint le Rio Aragón après 9 km de cours. On voit le Pic du Midi d’Ossau et la ligne de crête qui borde une partie de la vallée de Canal Roja et où passe la frontière entre la France et l’Espagne

Les organisations écologistes rappellent que pour ce précieux espace naturel une procédure de création de parc naturel, appelé Anayet-Partacua, est en cours - en se basant sur l’unicité de son paysage d’origine glaciaire, sa végétation exceptionnelle de haute montagne et sa faune unique - et que, jusqu’à ce que ladite procédure soit résolue, il ne devrait y avoir aucune intervention dans la zone.

Aramón, société anonyme détenue à parts égales par le gouvernement d’Aragon et d’Ibercaja et qui regroupe la majorité des stations de ski de la communauté autonome, a déjà présenté une campagne dans laquelle elle a investi plus de 5 millions d’euros afin de terminer les projets d’expansion en cours.

Article basé sur celui de Miguel Barlengua paru le 29/11/2022 dans elDiario.es sous le titre : La temporada de nieve en el Pirineo : grandes expectativas y proyectos que chocan con la oposición de vecinos y ecologistas
Au départ du col du Pourtalet on peut aller jusqu’au Pic de Canaourouille d’où l’on peut admirer cette magnifique vallée glacière vierge... On aperçoit la station d’Astún, le Pic et le lac d’anayet...


Agenda

<<

2023

 

<<

Juin

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 31 mai 2023

Publication

725 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
11 Auteurs

Visites

139 aujourd’hui
160 hier
1002423 depuis le début
150 visiteurs actuellement connectés