L’Europe ne financera pas le GPSO

vendredi 1er juillet 2022
par  Maitre de la toile
popularité : 3%

  Sommaire  

Voici notre communiqué de presse que nous avons aussi envoyé à l’ensemble des élus landais qui ont pris part aux divers votes sur le financement du GPSO

 CP

Les Amis de la Terre des Landes avaient une fois de plus raison. Nous avons toujours considéré comme très hypothétique la promesse de financement européen du GPSO à hauteur de 20 %. Ainsi, le 29 juin 2022, les états membres de l’UE, n’ont pas retenu la demande de financement du projet de LGV GPSO dans le cadre du mécanisme d’interconnexion européen MIE. Rappelons que le MIE est l’instrument de financement de l’UE pour les investissements stratégiques de transport en Europe.
Ce refus met en difficulté les doux rêveurs du Duché d’Aquitaine et du Comté de Toulouse.

Il est important de rappeler que nos élus territoriaux, en signant début 2022 les différentes versions du protocole de financement du GPSO, se sont engagés solidairement à compenser les éventuelles défaillances. Les collectivités assumeront donc seules ces 20 % de financement manquant. Une majorité de nos élus locaux, privilégiant l’obéissance aveugle à la lecture des dossiers, vont ainsi contraindre leurs habitants et les contribuables à financer ces 2,1 à 2,8 milliards d’€ manquants (suivant les sources).

De nouveaux appels à projet peuvent être remis en septembre auprès de l’Union Européenne. Compte tenu des arguments avancés par la présidente de la commission transport « Nous n’avons pas retenu le projet de nouvelle ligne à grande vitesse GPSO. Il nous a semblé que des alternatives, fondées sur les lignes existantes, permettraient de diminuer fortement l’empreinte environnementale du projet et seraient plus utiles à la mobilité quotidienne des habitants. " , il semble raisonnable de penser que ce projet ne sera jamais financé par l’Europe. 

Nous estimons que l’état doit abandonner le projet GPSO et le réorienter vers une modernisation et une rénovation exigeante des lignes ferroviaires existantes Ceci en particulier après la décision de SNCF Réseaux imposée par l’état de ne plus entretenir que Paris Hendaye, et Bordeaux Toulouse si nous en croyons Renaud LAGRAVE vice président du Conseil Régional en charge des transports [1].

Le temps des Grands Projets Inutiles et Imposés GPII est révolu. Il est plus que temps de se préoccuper de la mobilité de tous.

PDF - 43 ko
CP des AT Landes

 Complément

Nous l’avons vu dans le CP, Monsieur Renaud LAGRAVE fait allusion dans son intervention au contrat de performance 2021-2030 très discrètement signé entre l’état et SNCF Réseaux (ex RFF) . Cet accord a été signé juste avant le premier tour des présidentielles le 06/04/2022. Il n’a été rendu public que le 20 juin..

Nous en avons mis une copie de travail, la seule actuellement disponible sur le site de SNCF Réseaux.

PDF - 1.9 Mo
Projet de Contrat de performance

Ce document mérite une analyse approfondie. Toutefois, l’Autorité de Régulation des Transports (ART) et le Sénat ont publié des avis et recommandations suffisamment explicites pour écrire que cet accord est de la poudre aux yeux, et que les objectifs assignés à SNCF Réseaux sont très largement impossibles à tenir avec les moyens accordés par l’État [2] [3].

Pour simplifier :

  • L’équilibre financier demandé à SNCF Réseaux est impossible à atteindre
  • Le maintien en l’état du réseau principal (structurant) n’est pas possible
  • La modernisation du réseau n’est pas prise en considération (ERTMS, postes d’aiguillages centralisés...)

L’État propose une dépense annuelle de 2,9 Mds € par an pour maintenir le réseau (régénération), Pour l’ART, il faudrait au moins 1 Md € de plus annuellement rien que pour le réseau structurant qui comporte les lignes classées UIC 1 à 6. Les lignes UIC 7 à 9 sont des lignes locales dont la responsabilité est pour partie dévolue aux Régions...

Le réseau structurant est divisé en deux parties. Les Lignes les plus utilisées soient UIC 1 à 4 sont prioritaires, les autres lignes UIC 5 à 6 devront attendre, pour certaines elles ont déjà été rénovées.

C’est ici que le bât blesse. Monsieur Renaud LAGRAVE, bien connu pour la maîtrise des dossiers dont il parle, a peut être commis une erreur. En effet, la figure suivante donne le type de voie dans notre région [4].

JPEG - 88.1 ko
Lignes par classement UIC et état de la voie 2018

Si Monsieur LAGRAVE dit vrai, seules les UIC 1 à 3 seraient maintenues. Il semble qu’en fait ce seront les lignes UIC 1 à 4 qui seraient appelées à être maintenues par SNCF Réseaux. Ainsi, seules les portions Paris Bordeaux Dax et Bordeaux Agen seraient maintenues en l’état. Ceci semble confirmé dans le document de l’accord page 54 surligné.

En conséquence, les 19 élus de MACS qui ont voté le financement du GPSO, comme les 17 qui se sont abstenus, pourraient avoir quelques regrets avec une ligne classée UC 5. Nous ne parlerons pas des Montois dont la ligne MdM / Morcenx classée UC 8 ne sera pas prise en compte. Les Palois, qui, que se soit depuis Bayonne ou Dax, sont en UC 6, n’auront guère plus de chance.

Il existe aussi un contrat État SNCF Gares et Connexions. Il est de la même veine selon l’ART [5]. Il se peut donc que les rénovations et améliorations de la gare de Tyrosse ne perçoivent aucune aide de SNCF Gares et Connexions. Le pôle multi modal devra surement attendre des jours meilleurs.

Nous le voyons, nos chers élus parlent beaucoup d’environnement, de changement de mobilité, mais bien que les locomotives à vapeur aient disparu, l’enfumage demeure de rigueur à tous les niveaux.



Agenda

<<

2022

 

<<

Novembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829301234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 18 novembre 2022

Publication

698 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
670 Auteurs

Visites

248 aujourd’hui
491 hier
854231 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés