Le ministère de l’Agriculture relance « La Guerre de l’Ortie »

mercredi 22 novembre 2017
par  Maitre de la toile
popularité : 15%

"Les Cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnais". Cette citation d’anthologie extraite des "Tontons flingueurs" semble parfaitement s’adresser aux quelques acteurs décrits par cet article des Amis de la Terre.

Communiqué de presse : Les PNPP *, véritables alternatives aux Pesticides du domaine public hors la loi : la DGCCRF veut les retirer des magasins.

JPEG - 120 ko

Si un scandale sanitaire de grande ampleur concernant les pesticides ne pointait pas son nez, la rengaine que l’on nous sert au ministère de l’agriculture « il n’y a pas d’alternatives aux pesticides » porterait à rire.

Récemment des contrôles par les DDPP (directions départementales de la protection des populations) dans des magasins Botanic de Saint Etienne et de Villeneuve-lès-Avignon demandent le retrait des rayons des « Purins de Consoude ». La consoude est une plante qui se mange en beignets. Le savon noir est aussi visé par le contrôle. (voir document joint avec ce communiqué).

Cela fait onze ans que la guerre de l’ortie a éclaté suite à l’interdiction de ce qu’on appelait à l’époque les Alternatives Naturelles aux Pesticides du Domaine Public dont le célèbre « purin d’ortie ». Ces alternatives largement utilisées dans les villes, les jardins et les champs sont encore pour la plupart interdites malgré les promesses des gouvernements successifs de les autoriser.

De fait, les paysan.ne.s utilisateurs et les collectivités locales sont lourdement impactés pour protéger leurs cultures et les espaces publics.

Il ne tient qu’au ministre de l’agriculture de faire en sorte que ces alternatives soient enfin autorisées. La loi d’Avenir pour l’Agriculture, l’Alimentation et la Forêt (LAAF du 13 octobre 2014) complétée par l’arrêté du 27 avril 2016 lui permet une ouverture très rapide.

Nous demandons l’autorisation immédiate de toutes les plantes et partie de plantes utilisées dans l’alimentation humaine et animale ainsi que les substances d’origines minérales et animales comme le précise la loi. Paysan.ne.s, collectivités, individus, etc doivent pouvoir fabriquer et utiliser des PNPP (purins, des tisanes, des décoctions, etc…) dans la légalité !

  • PNPP : Préparations Naturelles Peu Préoccupantes

Site de l’ASsociation pour la PROmotion des préparations peu préoccupantes (ASPRO pnpp) : https://www.aspro-pnpp.org/association/
Cosigné par :

Agir pour l’environnement : Stéphen Kerckhove 06 06 88 52 66

Agrobio Périgord : Nathalie Verdier 06 95 09 20 63

Alerte des médecins sur les pesticides : Pierre-Michel Perinaud, 06 31 23 66 72

Aspro-PNPP : Jean-François Lyphout, 06 99 93 69 44

Confédération paysanne : Jean Sabench, 06 73 91 23 78

Domaine Chalosse Vivante : J Claude Lucas 06 80 36 55 19

Demeter : contact@demeter.fr

Fédération Nature & Progrès : Eliane Anglaret 04 66 91 21 94

Générations Futures : Nadine Lauverjat, 06 87 56 27 54

La ligne d’horizon

Les Amis de la Terre : Martine Laplante, 06 87 03 80 32

Les Amis de la terre des Landes : Christian Berdot 0558753450

Les Amis de l’Ortie : Michèle Lesage 02 32 57 35 74

Les Artisans du végétal : Sebastien Durand 09 64 49 50 19

LPO : Allain Bougrain Dubourg : 06 27 33 00 02

Mouvement de l’agriculture biodynamique : Laurent Dreyfus, 03 89 24 77 89

Mouvement Inter Régional des AMAP : Johan Tyszler 06 04 65 83 96

OGM dangers : contact@ogmdangers.org

Syndicat des simples : Thierry Thevenin, 06 67 94 03 07

Terre&Humanisme : caroline@terre-humanisme.org

Union Nationale de l’Apiculture Française : Anne Henriot 06 07 03 17 56
Commentaire :

2006 : Guerre de l’ortie ; 2017 : Le retour

Les PNPP dont la reconnaissance pleine et entière traîne depuis 11 ans font parties des alternatives aux pesticides du domaine publique. La loi (LAAF du 13 octobre 2014, complétée par l’arrêté du 27 avril 2016) prévoit de classer des substances d’origine végétales, animales et minérales en biostimulants selon une liste tenue à jour par la ministre de l’agriculture. Cette liste est aujourd’hui tellement petite qu’elle exclue de fait la majeure partie de ces substances qui sont utilisées sur le terrain pour limiter et parfois supprimer les pesticides de synthèses.

Déjà en 2008 dans le documentaire : « L’ortie fée de la résistance » de Yann Gill et Perrine Bertrand ; le témoignage de Bernard Bertrand résume parfaitement cette situation inacceptable toujours d’actualité https://www.dailymotion.com/video/xqhvjy
Décryptage du contrôle DGCCRF sur les PNPP

En faisant ces contrôles et en demandant le retrait du savon noir ou de la consoude des étales par exemple, la DGCCRF fait son travail demandé et guidé par la DGAL, ministère de l’agriculture.

Dans la note sur laquelle s’appuie la DGCCRF (en PJ), comme par hasard, il manque une partie du texte de loi, en gras dans ce qui suit. En effet l’article L 253-1 du CRPM dit « Une préparation naturelle peu préoccupante est composée exclusivement soit de substances de base… soit de substances naturelles à usage biostimulant« . Et comme par hasard, le règlement Substances de Bases Européen est beaucoup plus contraignant.

En juin 2017, l’association « Génération Future » a révélé que le ministère s’apprêtait déjà à s’en prendre aux PNPP en même temps qu’il voulait revenir sur les épandages aérien et un assouplissement sur les nicotinoïdes.

Après un recul, la DGAL revient à la charge. Le but recherché est clairement d’empêcher le développement et la communication sur ces alternatives naturelles aux pesticides du domaine publique. Depuis « La guerre de l’Ortie » en 2006, ces produits étaient tolérés et cela permettait communiquer sur les efficacités des ces alternatives.

En bloquant ces informations, il est clair que l’on n’ira pas vers une réduction des pesticides. Cette campagne vise aussi à protéger le business des firmes qui déposent des brevets. On nous enlève la transmission et l’autonomie. Qui peut nier que le savon noir a permis d’éviter un grand nombre de litres de pesticides ?

L’administration n’a plus qu’à contraindre les organismes certificateurs à refuser d’agréer les cultures en bio traités avec ces alternatives sous prétexte qu’elles ne sont pas homologuées ou qu’elles n’ont pas d’AMM par exemple sous peine de leur retirer leur licence. Après la remise en cause des aides publiques, c’est un moyen efficace de bloquer le développement du bio, voir de programmer sa mort.

Si la loi n’est pas adaptée pour permettre de communiquer pour une réelle substitution avec ces alternatives aux pesticides du domaine publique, il suffit de la modifier.


Agenda

<<

2017

 

<<

Décembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 22 novembre 2017

Publication

522 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
8 Auteurs

Visites

58 aujourd'hui
94 hier
218334 depuis le début
6 visiteurs actuellement connectés