De la prison pour une thèse universitaire sur le Lyon Turin

vendredi 24 juin 2016
par  Maitre de la toile
popularité : 11%

Une chercheuse publie sa thèse sur les opposants au GPI2 Lyon Turin. Conséquence deux mois de prisons avec sursis.

Ce GPI2 consiste à créer une nouvelle ligne ferroviaire encore plus couteuse qu’inutile.

La mafia est entrée dans la danse et profite côté Italien des ressources publiques. Un grand mouvement populaire NoTav s’oppose à cette absurdité. Mais la violence de la répression est incroyable. Un écrivain a déjà été poursuivi, voici maintenant une recherche universitaire qui est condamnée.

Voici l’article de Rue 89 :

Deux mois de prison pour une thèse universitaire sur les opposants au Lyon-Turin

En 2013, Roberta Chiroli, écrivait un mémoire d’anthropologie sur le mouvement No Tav contre la LGV Lyon-Turin. Elle vient d’être jugée « moralement complice » de violence aggravée et d’occupation de terrains. Motif : elle a utilisé le « nous participatif » pour rédiger sa thèse.

« Nous montrerons que », « nous verrons que », « comme nous pouvons le constater ». Ces formules certes peu esthétiques sont fréquemment utilisées dans les travaux universitaires. Elles permettent de ne pas écrire une thèse à la première personne du singulier, d’inclure le lecteur et… de se retrouver devant la justice.

C’est ce qui est arrivé à Roberta Chiroli, une Italienne aujourd’hui âgée de 29 ans. Le 15 juin dernier, l’ancienne étudiante de l’université Ca’ Foscari di Venezia, a été condamnée à deux mois de prison avec sursis pour complicité morale dans des violences aggravées et occupation de terrain.

Lire la suite


Agenda

<<

2017

 

<<

Septembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301

Statistiques

Dernière mise à jour

mercredi 20 septembre 2017

Publication

510 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
8 Auteurs

Visites

75 aujourd'hui
101 hier
210752 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés