Petite visite guidée en terre de transition énergétique

samedi 6 avril 2013
par  Maitre de la toile
popularité : 8%

Mercredi, jour des gosses. J’ai eu le plaisir de participer à une demie visite guidée du conseil général des landes, dans le cadre des actions de promotion de la transition énergétique. Cette visite se faisait en deux parties : le matin c’était la capitale, moi j’aime pas les grosses villes. L’après midi c’était la campagne pas loin de la mer, et avec des industriels... je préfère.

Pour le matin, les gens de la capitale départementale ne manqueront pas de faire un compte rendu.

Nous avions reçu un invitation mardi midi, pour mercredi matin. D’après les dames qui s’occupent de ces choses au Conseil Général, il y a eu quelques problèmes d’organisation, de listing pas à jour etc... Passons...

Il y avait un mini-bus prévu pour la la visite, et une participation pas très associative.

  • Un adjoint de St Geours de Maremne, et un autre conseiller municipal,
  • Un retraité qui s’occupe autour du CG (je l’avais rencontré lorsqu’il représentait (?) le préfet pour le DOCOB des marais d’Orx),
  • 3 dames du conseil général (employées /organisatrices) dont la responsable de l’environnement,
  • Trois jeunes silencieux (des stagiaires du conseil général).
  • Un représentant d’égalitaire (Wegner), et sa présidente.
  • Un représentant des AT (Legros),

Nous constituions donc une foule immensément petite, mais intéressée.

Nous avons commencé par la visite du nouveau collège de St Geours de Maremne. Il a coûté un peu moins d’un km de LGV soit 13,5 M€ pour un peu plus de 400 élèves. Comme toujours, l’architecte s’est fait plaisir, utilisation massive de parement en bois (cahier des charges oblige) sur une structure métallique. Esthétique acceptable, mais au premier coup d’œil on remarque une hauteur des préaux beaucoup trop élevée pour abriter sérieusement les élèves de la pluie. Quand au devenir de la couleur des bois traités... Le collège n’est pas aux normes HQE, mais s’en inspire... De nombreux problèmes sont rencontrés, très souvent liés à la conception , ou la réalisation, par les techniques du moindre coût. Il est navrant de constater l’incapacité des administrations à profiter des erreurs et des arnaques du passé pour améliorer le système. Il est vrai qu’il est difficile pour une administration de recruter et de payer à l’année des personnels compétents pour superviser la construction d’un nombre relativement faible de bâtiments de ce type. Quelques exemples qui horripilent le principal et le responsable du département qui nous ont fait la visite. Le chauffage au bois, est exactement du même type de celui qui a été installé au lycée voisin de Tyrosse en 1992. J’ai bien connu le démarrage de ce lycée, qui inaugurait ce type de chauffage. Une chaudière est alimentée par des plaquettes de bois (trituration). Pour palier les dysfonctionnements une deuxième chaudière au gaz prend le relais automatiquement. Sauf que le système ne fonctionne pas, la substitution automatique ne se fait pas non plus. Ils ont chauffé au gaz quasiment tout l’hiver. Le principal du collège a découvert qu’il fallait alimenter un adoucisseur d’eau placé sous les combles au sommet du collège avec des sacs de 25 kg de sels. L’opérateur a accès aux combles par une petite trappe (au delà de 80 kg impossible de passer pour la personne), le tout sans échelle prévue, et encore moins d’escalier... Une aération double flux est installée, malgré le fait que l’on sache que ce type de système n’est pas efficace pour l’économie d ‘énergie, car in implique consommation très importante d’électricité. A part cela les élèves ont l’air contents.

Ensuite nous nous sommes transportés sur l’incontournable Zone Atlantisud, ce fleuron futuriste de l’industrie innovante Landaise.

Première visite FMS [1]. CA de 1,2 M €. Cette société a quitté Capbreton pour venir se réinstaller ici. Ce n’est donc pas une création d’entreprise mais une relocalisation pour extension. Nous avons rencontré un patron, heureux, et dynamique. FMS est une entreprise à part, elle possède deux agréments un pour l’économie adaptée, l’autre pour l’économie solidaire. C’est une sorte de Hub logistique aux multiples compétences, qui emploie 71 salariés dont 75 % sont handicapés. En tant qu’entreprise solidaire, l’échelle des salaires ne peut dépasser un facteur 4 entre le plus bas et le plus haut. Nous avons trouvé des gens qui aiment leur travail et le font partager. C’était très agréable, et intéressant. On avait déjà pris du retard au collège à cause de deux mauvais bougres qui posaient des questions, et ça ne s’est pas arrangé avec l’envie et le plaisir des employés à nous expliquer leur travail.

Puis ce fût Domolandes [2] (il est à noter que le site internet de DOMOLANDES présente quelques difficultés de fonctionnement). Ouverture en septembre 2012 pour cette pépinière et hôtel d’entreprises. Cette structure occupe un bâtiment qui a nécessité un investissement de 7 M €. La structure fonctionne avec 6 personnes. Son budget de fonctionnement annuel est de 900 000 €. Le financement est assuré principalement pour 60 % par le Conseil Général, 25 % par MACS, et 6 % par la région. A l’origine l’objectif de cette pépinière était l’aide à la création d’entreprises liées l’innovation dans le bâtiment. Avec la rareté des candidatures, elle est aujourd’hui plutôt orienté BTP en général. Cette pépinière accueille également des services d’aide au financement et autres structures d’aide à la création. Les choses sont faites en grand. Qu’on en juge plutôt, sont disponibles à la location [3] à coût réduits pour les créateurs :

  • 15 bureaux individuels
  • 6 ateliers de 36 à 50 m2
  • 12 locaux mixtes 20m2 + 130 m2 d’ateliers
  • 4 locaux grande capacité 40 m2 de bureaux + 260 m2 d’ateliers

Sont également disponibles : des salles de réunions, de formations, et de conférences, ainsi que d’autres commodités. Hélas, la pépinière a du mal à décoller et l’hôtel est désespérément vide. La structure accueille actuellement 9 entreprises, dont une est un showroom pour piscines, un plombier, 3 BE, une coopérative de sciage, un constructeur de maison à ossature bois (3personnes)... L’ensemble est en général plutôt constitué d’entrepreneurs sans salariés. Nous avons proposé d’ouvrir la structure à des entreprises axées sur la production de biens... Et dire que des malfaisants insinuent que l’on ne fait rien dans les Landes pour l’entreprise. Toutefois, le cœur de cible étant l’artisanat du bâtiment ou maintenant du BTP, on peut se demander pourquoi une installation aussi importante, et si loin des zones habités. N’aurait il pas fallu, soit un ensemble de petites structures plus diffuses, ou des cibles différente, pour une telle structure ?

Nous avons ensuite visité la SICA Bio Pays Landais [4] . L’entreprise commercialise des fruits et légumes certifiés bio. C’est également une relocalisation de Tyrosse vers Atlantisud. Très bon accueil, là aussi. Avec leurs occupations présentes pour l’un, ou passées pour l’autre, les deux bavards, connaissaient bien la structure, mais ont contribué à l’accroissement du retard. 35 personnes en continu, un peu plus l’été, pour un CA de 10 M €. Les 10 millions de CA sont à rapprocher des 7 M€ reversés aux producteurs bio en paiement de leurs productions de fruits et légumes. La SICA créant une valeur ajouté de 3M€ pour les fonctions commerciales, emballage / reconditionnement, et logistique. Une extension est prévue pour atteindre un CA de 15 M€. L’entreprise travaille en circuit semi court pour le local (1 intermédiaire) pour 50 % de son CA, et 50 % par centrale d’achat de la grande distribution. Elle évite d’avoir plus de 10 % de CA par client.

Pour finir, nous avons visité la société OUATECO [5]. Cette société réalise des produits pour l’isolation thermique et phonique des bâtiments à partir de vieux journaux. Sa production actuelle se situe dans la gamme des isolants projetés en ouate de cellulose. Encore un jeune patron dynamique et sympathique. Visite très intéressante, et parfaitement en phase avec la problématique de la transition énergétique, et l’émergence d’une nouvelle civilisation ou recyclages et valorisations des déchets seront à l’ordre du jour. Cette société très innovante est la seule de cette visite où l’on produise de la richesse à proprement parler. La zone Atlantisud est plutôt centrée sur la logistique, et ses hub routiers. Nous conseillons la visite du site internet. Elle développe plusieurs projets pour passer de l’isolation par projection, à la pose de dalles ou de plaques cohérentes épaisses d’isolants à partir de journaux, de fibres de bois, ou de fibres de lin. Ces nouveaux produits auraient des propriétés proches.

En conclusion, ce fut une visite très enrichissante, dans un petit désert ensoleillé.


[3Pour les coûts de location et les renseignements voir le site


Agenda

<<

2017

 

<<

Novembre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

samedi 18 novembre 2017

Publication

520 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
8 Auteurs

Visites

16 aujourd'hui
81 hier
216623 depuis le début
4 visiteurs actuellement connectés