Climats : pour sauver les climats, les pays riches ne bougent même pas un …Doha.

lundi 10 décembre 2012
par  Yan lou Pec
popularité : 10%

Montreuil, Londres, Qatar, le 8 décembre 2012. Les Amis de la Terre condamnent fermement l’égoïsme et l’aveuglement des pays industrialisés qui ont fait capoter une fois de plus les négociations sur le climat.

La responsabilité de ce nouvel échec repose largement sur les pays industrialisés en particulier sur les Etats-Unis. Le gouvernement Obama a réussi avec succès à démanteler le régime global sur les climats de l’ONU et d’autres pays riches ont activement aidé à paralyser les négociations. Dans un premier temps, les pays pauvres payeront le prix fort.

"Tout va très bien Madame la Banquise, tout va très bien, tout va très bien..."
Comme dit la chanson : "Tout va très bien Madame la Banquise, tout va très bien, tout va très bien..." (Cliquez pour agrandir)

Sarah-Jayne Clifton, la coordinatrice « Energie » pour la Fédération internationale des Amis de la Terre s’indigne : « Alors que la crise climatique empire et que la fenêtre pour agir se referme un peu plus chaque jour, nous avons vu que ce sont les lobbies des énergies fossiles qui tiennent les rênes de nos gouvernements. Les pays industrialisés n’ont même pas tenté de résoudre la crise durant ces négociations. Ils ont préféré protéger les intérêts de leurs multinationales et aider les élites de la finance à s’engraisser encore, en développant cette mine d’or qu’est l’escroquerie mondiale de la finance carbone ».

Les pays industrialisés avaient promis de faire des efforts en rapport avec leur responsabilité historique dans le déclenchement de la crise climatique, mais la 18e Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques n’a vu aucune avancée significative dans ce domaine.

La Convention prévoyait que les pays développés s’engageraient de manière contraignante à diminuer fortement leurs émissions de gaz à effet de serre dans les proportions que les connaissances scientifiques recommandent et de façon équitable. De même, ils s’étaient engagés à aider financièrement les pays en voie de développement à s’adapter aux changements climatiques et à les soutenir pour se développer de façon soutenable.

Il n’y a eu aucune avancée si ce n’est un cadeau obscène à la finance carbone, alors qu’on ne trouve pas les moyens de financer le Fonds Vert pour les pays pauvres.

Christian Berdot des Amis de la Terre France conclut : « Trois ministres français étaient à Doha. Ont-ils osé expliquer à leurs collègues chinois que la Chine doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre, mais que la région nantaise ne peut survivre économiquement qu’avec un second aéroport ? Bien sûr que non. Cet aéroport est tout le symbole du double langage des pays riches : de beaux discours d’un côté et de l’autre, on continue à prendre des décisions d’un autre âge, quelqu’en soit le prix écologique et humain à payer. La majorité des pays se sont rendus à Doha dans l’espoir de limiter les impacts climatiques, mais pour les nations riches, le seul objectif était de limiter les impacts …économiques d’un éventuel accord. Chaque fois que les nations riches avancent leur pion d’une case sur l’échiquier économique, l’Humanité recule de 10 cases sur l’échiquier climatique ! Alors, c’est à nous citoyens de prendre notre avenir en mains, de nous unir et d’agir. »


Navigation

Articles de la rubrique

  • Climats : pour sauver les climats, les pays riches ne bougent même pas un …Doha.

Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 26 mai 2017

Publication

489 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
8 Auteurs

Visites

79 aujourd'hui
93 hier
200595 depuis le début
7 visiteurs actuellement connectés