EDF candidat au rachat de TIGF V2

lundi 19 novembre 2012
popularité : 3%

Voici une nouvelle qui ne manquera pas de nous intéresser.

TIGF la filiale de total qui gère le stockage de 25 % du gaz français est à vendre. TIGF gère aussi le transport du gaz dans le sud Ouest. Tout ceci est le résultat de l’histoire de l’exploitation du gaz de Lacq. Total a eu besoin de créer du stockage pour exploiter le gaz, et un réseau de transport pour l’évacuer. C’est un service public fait par une société privée

Rappelons qu’à la suite de la séparation entre EDF et GDF en vue de leurs privatisations (seule GDF l’a été), EDF l’opérateur monopolistique de l’électricité et du gaz en France s’est retrouvé sans gaz. EDF n’a depuis eu de cesse de réinvestir ce domaine. Ainsi, EDF a lancé un projet abracadabrant de stockage en cavités salines à Pouillon de 600 millions de m3. Ce projet dont une partie au moins, le saumoduc, est très controversé. Le projet Salin des Landes a soulevé la vive opposition de la population et de beaucoup d’élus chose rare dans les Landes.

EDF vient de faire une proposition de rachat de TIGF. EDF constituerait un groupe dont elle serait minoritaire. Il semblerait selon Reuters qu’EDF soit associée au fonds singapourien GIC, et au groupe italien Snam spécialisé dans le transport du gaz naturel. Axa Private Equity, filiale d’Axa, serait avec Predica, filiale d’assurance du Crédit agricole et d’Adia, le fonds souverain d’Abou Dhabi.

La Caisse des dépôts (CDC), sa filiale CDC Infrastructures et le groupe belge de transport de gaz naturel Fluxys ont de leur côté constitué le troisième consortium retenu par Total...

PDF - 1.2 Mo
EDF propose de racheter TIGF
PDF - 49.6 ko
Le suspense continue

Cette nouvelle présente de nombreux intérêts.

Le premier en mettant la main sur TIGF, EDF prend Possession d’un stockage qui fait 10 fois son projet. De plus, le Stockage d’Izaute est extensible il peut porter l’ensemble de 6,5 milliards à 10 milliards de m3. TIGF interrogée à l’époque indiquait qu’il n’y avait aucun intérêt à l’extension.

Le deuxième intérêt est purement financier. N’oublions pas que le projet Salins des Landes est avant tout un projet spéculatif portant sur les différences de coût du gaz entre l’été et l’hiver. Le projet avait un coût minimum de 650 millions d’€ pour stocker 600 millions de m3 de gaz. Gageons que ce coût initial était largement sous dimensionné. Pour 2,3 à 2,7 milliards d’€ au total dont seulement une partie serait avancé par EDF, EDF deviendrait l’opérateur d’un projet de stockage et de transport complet fonctionnel, et sûr de 6,5 milliards de m3. De plus cette infrastructure, par son statut d’utilité publique, se voit garantir un rapport minimum de 7%.

Bien entendu les détails sont pour l’instant inconnus Total s’appuie sur les banques Lazard et Goldman Sachs pour assurer la vente. Ceci est très révélateur de l’ambiance.

EDF espère peut être un effet levier (faible investissement en échange de la maitrise opérationnelle) ou un LBO ce qui est pire. [1].

A l’heure où de lourdes charges financières pointent leur nez dans le nucléaire français vieillissant, avec des centrales à démonter alors que l’on ne sait comment faire. Ceci pourrait permettre à EDF d’abandonner le projet fumeux de Pouillon, pour une infrastructure beaucoup plus sûre, et rentable. Cette structure serait valorisable rapidement. Ceci, dans le cas où le nucléaire serait le gouffre financier que nous pronostiquons, lorsqu’il s’agira de démanteler les vieilles centrales.

De nombreux groupes purement financiers et donc spéculatifs se penchent sur le berceau du bébé. On site les habituels, dont la CDC (Caisse des Dépôts et Consignations). Son nouveau président du conseil de surveillance n’est autre que le toujours jeune et sémillant Henri Emmanuelli également député de cette circonscription, président du conseil général des Landes. Contrairement à ce que nous indiquions précédemment, la CDC serait toujours candidate à la reprise. Elle détient déjà 25% du capital de GRTgaz la filiale de GDF concurrente de TIGF.

Ne doutons pas qu’EDF, solution française, aura de solides appuis pour emporter le trophée. Monsieur Emmanuelli pèsera t il de tout son poids pour ne pas avoir de saumoduc, l’avenir nous le dira peut être.


[1Le leveraged buy-out, abrégé en LBO traduit par acquisition avec effet de levier, permet à un groupe financier d’acquérir une société, sans en payer le prix. L’acheteur verse une petite partie de l’achat en empruntant le principal. L’emprunt et les frais dont des intérêts souvent élevés, sont remboursés par la structure achetée. Il se créait un flux financier nouveau, et important de la société achetée vers l’acheteur qui se rembourse sur la bête. Cette pratique conduit souvent la société acheté à la ruine par dislocation progressive. La dette de la société achetée est tellement importante, que le propriétaire n’investit plus, vend les parties les plus rentables. La société est en restructuration permanente. A la fin la coquille vide est rejeté


Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 26 mai 2017

Publication

489 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
8 Auteurs

Visites

75 aujourd'hui
106 hier
200324 depuis le début
3 visiteurs actuellement connectés