Côte landaise et Loi Littoral : merci qui ?

jeudi 1er avril 2010
popularité : 18%

Suite à la tempête Xinthia, le journal Sud-Ouest s’est penché sur la situation du littoral landais et de ses 120 km de côte. La situation est très différente des Charentes, car l’ensemble du littoral à quelques ouvertures près, est protégé par le cordon dunaire.

Par contre, les élus interrogés en ont profité pour expliquer qu’ils avaient toujours tout fait pour protéger ce même littoral. Dans ce texte envoyé à Sud-Ouest (toujours pas une ligne de publiée), les Amis de la Terre rappellent combien il a fallu ferrailler contre les élus pour les obliger à appliquer la Loi Littoral dans ce département !

Alors, si le littoral landais est protégé aujourd’hui, on dit merci à qui ? Certainement pas aux élus !

A Mr le Rédacteur en chef de Sud-Ouest, rédaction de Mont-de- Marsan

Objet : application de la Loi Littoral dans les Landes

Bonjour

Nous vous écrivons en réaction à l’article concernant le littoral landais.

Nous sommes très étonnés de lire dans cet article, un paragraphe sur l’application de la Loi Littoral, sans que le rôle essentiel des associations écologistes ne soit évoqué.

Car ce bien sont les associations écologistes qui ont sauvé le littoral landais, et de haute lutte, contre les bétonneurs, les spéculateurs et les élus qui les soutenaient ! Les années 90, c’était de la folie ! Une vague de projets immobiliers, golfiques s’abattait sur tout le littoral landais.

Nous nous sommes fait insulter, traiter d’ayatollahs verts, de fossoyeurs du développement économique des Landes, de passéistes qui voulaient faire des Landes une réserve d’indiens. etc, etc... On en passe et des meilleures !

Pas une commune littorale du département n’était épargnée par des projets aussi mégalos qu’insensés ! Du “village de fermettes landaises” pour retraités japonais, en passant par le centre de thalasso d’Hossegor, véritable paquebot de béton échoué sur la plage, jusqu’aux innombrables projets de golfs !

Les ploucs dehors ! Interdit aux non-golfeurs !

"Les ploucs dehors ! Interdits aux non-golfeurs" (cliquer pour agrandir le dessin)

Alors, lire aujourd’hui dans cet article un élu prétendre “Nous avons toujours eu le souci de l’environnement”, c’est vraiment se moquer du monde ! Lire qu’ “on a toujours eu dans les Landes le souci de protéger les zones humides”, c’est se moquer doublement du monde ! L’étang de Pinsolle, un véritable petit joyaux, a été transformé en practice de golf où tombent les balles des joueurs qui s’entraînent !

Si la Loi Littoral a été appliquée à Hossegor, ce n’est certainement pas grâce aux élus, ni à Messange, où un promoteur convoitait la plus haute dune de la commune, en pleine forêt, pour faire un hôtel 4 étoiles !

Nous sommes même allés jusqu’au Conseil d’Etat pour sauver l’extraordinaire zone humide de Tarnos, appelée “zone du Métro”. Cette zone floristique remarquable est recensée jusque dans les catalogues nationaux ! Mais la commune de Tarnos s’apprêtait à la brader aux bons soins de la Société des Bains de Mers d’Hossegor. Cette compagnie immobilière devait y installer un immense golf, avec zone résidentielle de luxe. Et à Ondres - juste à quelques mètres du Golf de Tarnos ! - la commune envisageait la construction du plus grand golf d’Europe !

On pourrait aussi parler de Soustons et de tous les recours concernant Port d’Albret, Moliets, ou Mimizan (encore actuellement, d’ailleurs)

Quant au préfet de l’époque, nous vous mettons en pièce jointe, un article de votre journal : nous avons fait annuler 9 de ses arrêtés illégaux. En effet, dans ces arrêtés, le préfet reprenait les cartes des communes où les zones protégées par la loi littoral étaient grisée. Les zones blanches (donc exclues de la protection) dessinaient exactement le contour des espaces que les communes réservaient aux projets immobiliers ! Tout simplement... Pourquoi se gêner ?

Nous nous sommes battus face aux élus commmunaux, au Conseil Général, face à de très, très puissantes entreprises et nous n’avons pas toujours dormi toutes les nuits, face aux intimidations ! Mais aujourd’hui, le résultat est là : les espaces landais remarquables sont restés accessibles à tous, car nous, écologistes, nous avons empêché qu’ils ne soient livrés aux spéculateurs et confisquées à l’usage exclusif d’une clientèle friquée !

Nous vous joignons quelques articles de cette époque qui rétablissent la vérité, mais les archives de Sud-Ouest pourront vous en fournir bien d’autres !

Nous espérons que vous aurez à coeur de rappeler à vos lecteurs à qui ils doivent réellement, aujourd’hui, de pouvoir encore jouir de certains espaces remarquables du littoral dans les Landes : aux écologistes, encore une fois.

C. Berdot

Amis de la Terre

De notre réaction, pas une ligne n’a été publiée. Depuis, Mr Lionel Niedzwiecki est passé de rédacteur en chef de la rédaction de Sud-Ouest à Mont-de-Marsan, au poste de directeur de la communication du... Conseil Général des Landes.

Voir aussi notre article : "Renaud Lagrave : entre mur du çon et Mur de l’Atlantique ?"

Pièces jointes :

PDF - 45 ko
De l’art de cirer les bottes aux élus locaux
PDF - 1.3 Mo
9 arrêtés préfectoraux annulés d’un coup !

Agenda

<<

2017

 

<<

Juillet

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Statistiques

Dernière mise à jour

samedi 15 juillet 2017

Publication

495 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
8 Auteurs

Visites

72 aujourd'hui
86 hier
205143 depuis le début
5 visiteurs actuellement connectés