Gaz de schiste : la guerre sera t elle ouverte ?

dimanche 6 mai 2012
par  Maitre de la toile
popularité : 4%

Cela pourrait être un sacré combat de plus.

Avant de partir Fillon nous aurait laissé un cadeau.

Des essais auraient déjà été faits.

Le nouveau gouvernement a décidé dans un souci de transparence de créer une rubrique spécifique aux gaz de schistes. Vous y trouverez entre autre la carte, en pièce jointe au-dessous de cet article, des permis demandés, ou en cours de demande :

JPEG - 39.5 ko
Permis d’exploration signés ou demandés

Le gaz, ou l’huile de schiste peut être aussi désigné par gaz ou huile de roche mère. Sa formation est lié à un processus géologique complexe et long. Ce sont des roches sédimentaires marines, des argiles, par exemple, contenant beaucoup de plancton ou autre organismes vivants. Ces sédiments ont été enfouis entre 1500 et 3000 m de profondeur. Les organismes se sont progressivement transformés en gaz, ou en pétrole, mais leur exsudation vers le haut a été impossible. Ces produits sont restés piégés et dispersés dans la roche mère (sédiments où ils se sont formés). Leur exploitation est très difficile puisqu’il n’ y a pas de réservoir ou de poche d’accumulation.

Le processus technologique d’exploitation des gaz de schiste est décrit dans un article de la revue La Recherche. Cet article est relativement neutre sur la technique par elle même. Mais il omet quelques renseignements d’importance. Le processus peut se résumer très globalement en quelques images. Il faut forer beaucoup de puits proches, verticalement sur 1500 à 3000 m puis horizontalement sur 1 à 2 km.

Un applicatif est donné ici

Deux autres articles complètent l’information : le premier provenant de l’IFPEN, l’autre de l’ENS de Lyon. Ils nous montrent la différence entre une exploitation conventionnelle et une exploitation non conventionnelle. Dans le premier cas, le gaz ou le pétrole est contenu dans une roche poreuse. Il peut diffuser, se concentre et est piégé par des couches étanches. Le forage permet de mettre en relation directe le produit pétrolier et la surface. Dans le cas non conventionnel, l’hydrocarbure est disséminé dans des roches qui l’empêchent de diffuser. Il y en a partout, mais emprisonné, il n’a pas de possibilité de mouvement. Il faut fissurer la roche, pour que le produit pétrolier puisse diffuser vers les collecteurs. Le sable introduit avec l’eau permet de maintenir les fissures suffisamment ouvertes. Un forage ne peut donc qu’extraire très peu de gaz ou de pétrole. Nous retiendrons deux images de l’article de l’IFPEN :

Fracturation
.

Puits multiples à partir d'un forage

Sur la première image, la fracturation est schématisée. Comme toujours, le schéma ne répond pas à la réalité. La fissuration liée à la fracturation se fait sur quelques mètres autour du forage qui fait 1 à 2 km. Les grains de sable, en s’introduisant dans les fissures, empêchent leur fermeture lorsque la pression est enlevée pour l’extraction. En conséquence, pour extraire davantage de gaz, ou de pétrole, il faut creuser plusieurs puits parallèles. A partir d’un seul forage en surface, le pétrolier va creuser 10 à 15 voie plus de forages horizontaux parallèles, distant en moyenne de 200 m comme montré sur la figure 2. Et la même chose par symétrie dans le sens opposé de l’axe horizontal.

PDF - 161.4 ko
IFPEN

Le document de l’ENS de Lyon introduit la notion de dégâts écologiques, et environnementaux, en précisant toutefois que les opposants sont parfois décrédibilisés par leurs actions et affirmations péremptoires. Grattez l’universitaire, et l’oligarque peut apparaitre quelquefois. Il n’en demeure pas moins que la faiblesse de l’extraction par puits oblige à creuser beaucoup plus de puits depuis la surface. Une installation occupe environ 1 ha au sol auquel il faut ajouter les pistes pour transférer l’eau de fracturation : 10 000 à 15 000 m3 par puits. On en récupère de 20 à 50%. L’eau, le sable, les produits chimiques restants demeurent dans le sol.

PDF - 1.9 Mo
ENS Lyon Exploitation GC

Cette eau de fracturation contient aussi des produits chimiques relativement dangereux pour la plupart en faible proportion (1 à 2 %). Les pétroliers évitent de les citer, en qualité ou quantité. En voici une liste :

Adjuvants de fracturation

Sur le site CDurable.info, nous trouvons un ensemble de renseignements, et surtout l’historique de la recherche et l’exploitation des gaz et pétroles de schiste en France. Ici nous avons d’autres informations qui montrent comment les pétroliers ont détourné le sens des mots pour violer en toute impunité la loi. Vous trouverez ci-dessous le PDF extrait de cet article très complet.

PDF - 261.4 ko
CDurable.info extrait

Cet article montre comment les pétroliers ont contourné la loi. Ils cherchent désespérément de continuer à produire du pétrole et du gaz à moindre coût. Ainsi, ils torpillent le développement des énergies renouvelables, qu’ils savent ne pas pouvoir maitriser aussi facilement. En effet, les énergies renouvelables participent à une nouvelle révolution de l’énergie. comme à chaque révolution de ce type, les systèmes vont toujours vers les miniaturisations, les réductions d’échelle. Ceci est moins compatible avec les systèmes multinationaux. Pour produire à moindre coût, il faut que les pétroliers soient exonérés d’un maximum de contraintes. Produire du pétrole sur l’exemple Kényan est encore très rentable. Pour arriver à ce résultat, au travers d’un lobbying intense, ils sont affranchis, par les responsables politiques, de leurs responsabilités tant sur les procédures que sur les responsabilités environnementales.

NKM ex ministre de l’écologie, et grande amatrice de couleuvres biens grasses, a menti à plusieurs reprises. Elle a créé un nuage de fumée en jouant les protectrices de l’environnement pour permettre à son collègue Besson de jouer sa partition en toute tranquillité. Le code minier a été modifié en douce, mais avec célérité et efficacité. Ainsi plusieurs obstacles sont levés. Il n’ y a plus trop de différence entre un permis d’exploration, et un permis d’exploitation, les procédures d’information, les responsabilités en matière de pollution sont considérablement revues à la baisse.

Le petit film ci-dessous qui contient une interview de Corine Lepage en contre point des affirmations de NKM est révélateur de l’enfumage que nous avons subi.

Flash Video - 60.3 Mo
Corine Lepage contre NKM

Visionnez ce petit film, il est plein d’enseignements sur le déni démocratique. Nous avons encore une fois la démonstration de la puissance oligarchique face au citoyens.


Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 26 mai 2017

Publication

489 Articles
17 Albums photo
Aucune brève
Aucun site
8 Auteurs

Visites

49 aujourd'hui
90 hier
200388 depuis le début
1 visiteur actuellement connecté